Accueil - le chineur en direct - Deux chansons écrites ou revues par Serge Gainsbourg dans leur texte original

Partagez cet article avec vos amis ...

Deux chansons écrites ou revues par Serge Gainsbourg dans leur texte original

Serge Gainsbourg
Serge Gainsbourg - auteur, compositeur, interprète
un véritable génie des mots et de la musique, un touche à tout, un extravagant ou extraverti, un personnage qui n'a jamais laissé quiconque totalement indifférent, un morceau du passé de la création française ...

Deux textes complets des chansons de Serge Gainsbourg.

Seigneur et Saigneur
J'suis plein aux as
De la sale race
Du Seigneur
Toi, tu as la classe
Tu es un saigneur
Moi, je suis passe
Impair et manque
Comme tout à l'heure
J'suis plein aux as
De la sale race
Du Seigneur
Toi, tu as la classe
Tu es un saigneur
Tu me dédicaces
Ma p'tite gueule d'amour
Et j'comprends ma douleur
J'suis plein aux as
De la sale race
Des seigneurs
Toi, tu as la classe
Tu es un saigneur
Tu fais des casses
Et puis tu te casses
À tout à l'heure
J'suis plein aux as
De la sale race
Des seigneurs
Toi, tu as la classe
Tu es un saigneur
Paroles de Seigneur et saigneur © Melody Nelson
La Bise Aux Hippies
( Brigitte Bardot )
J'aime pas De Dion
J'aime pas Bouton
J'aime pas Aston
J'aime pas Martin

Mais j'aime faire la bise
La bise aux hippies
Oui, j'aime faire la bise
La bise aux hippies

J'aime pas Arthur
J'aime pas Rimbaud
J'aime pas Edgar
J'aime pas Poe

Mais j'aime faire la bise
La bise aux hippies
Oui, j'aime faire la bise
La bise aux hippies

J'aime pas ?????
J'aime pas Samoëns
J'aime pas Otis
Pas plus que Pif

Mais j'aime faire la bise
La bise aux hippies
Oui, j'aime faire la bise
La bise aux hippies

J'aime pas Hardy
J'aime pas Laurel
J'aime pas Le Kid
J'aime pas Charlie

Mais j'aime faire la bise
La bise aux hippies
Oui, j'aime faire la bise
La bise aux hippies

Autographes, manuscrits, commentaire, annotations sur des bouts de papiers : ainsi 'parlait' Gainsbourg.

Il s'agit en fait de deux documents, totalement originaux et jusque alors inconnus, sur lesquels l'on retrouve l'écriture totalement désordonnées du brûleur de billets à propos de ces deux chansons, mis récemment en vente aux enchères. ( ( MdeV Pastaud Limoges )
En lisant leur contenu, en lisant les commentaires ajoutés par les spécialistes pour la vente on peut ainsi en apprendre beaucoup plus sur l'Artiste ...
Voyons cela ...

GAINSBOURG (Serge). Seigneur et Saigneur. [c. 1988].

( Estimation : 4 000 € - 6 000 €  )
Manuscrit autographe. 1 f. in-4 manuscrit au recto.
"-> Fauchman *** / Fauchman/ J'suis passe / ->J'suis plein aux as / de la sale race / des seigneurs / toi tu as la classe / avec ta lame [rayés "ton shlass" "ton couteau à cran d'arrêt"] / tu as l'ame [rayés "s'ras toujours" "jamais"] / [d'] un Saigneur".
L'un des trois inédits (avec Hey Man Amen et You you you but not you) créés pour le Zénith et interprétés en mars 1988 lors de la dernière tournée de Serge Gainsbourg. La version définitive interprétée sur scène, et enregistrée sur l'album Le Zénith de Gainsbourg sorti en 1989, offre quelques petites variantes ou ajouts par rapport au manuscrit ("moi, je suis passe / impair et manque / comme tout à l'heure" ; "tu m'dédicaces / ma p'tite gueule d'amour / et j'comprends ma douleur" ; "tu fais des casses / et puis tu te casses / à tout à l'heure").
Si l'émouvant Hey Man Amen (rendu encore plus touchant ou pathétique selon certains par l'arrivée sur scène de son fils Lulu, alors âgé de deux ans) était en quelque sorte un testament dédié à son fils, Seigneur et Saigneur est un chant du crépuscule, énergique voire violent. Gainsbourg savoure sa reconnaissance en cette fin de carrière (il est d'ailleurs très touché par le public beaucoup plus jeune venu au Zénith par rapport à ses derniers concerts au Casino de Paris) et sa réussite sociale, il appartient désormais à la race des seigneurs : il ne cache pas son goût du luxe et son rapport parfois iconique à l'argent. Pas question de décadence (sans a) ici : si Gainsbarre tend de plus en plus à éclipser Gainsbourg au quotidien, ce morceau laisserait entendre que l'artiste n'a pas pour autant dit son dernier mot tout en étant conscient qu'il joue avec la mort inéluctable, le Saigneur. Ce jeu est accentué sur scène : Gainsbourg interprète le morceau avec sa négligente nonchalance tout en mimant parfois des coups de poignard alors qu'il prononce violemment le mot Saigneur. Cette interprétation est confortée par la présence répétée du mot "fauchman" dans le manuscrit (qui ne sera pas repris dans la version définitive au Zénith) : comment ne pas y voir le double sens du terme "fauché" ?... Dans cet inédit, Gainsbourg renoue avec le thème éternel cher aux plus grands poètes, de Ronsard à Baudelaire, de Villon à Verlaine : la grande Faucheuse.
seigneur - saigneur
seigneur - saigneur : la grande Faucheuse ?

GAINSBOURG (Serge). La Bise aux Hippies / Hippie's rock. [1967].

( Estimation : 6 000 € - 8 000 € )
Manuscrit autographe. 1 f. in-4 manuscrit au recto.
"Nous dessinons sur les trottoirs / "make love not war" [deux premières lignes biffées] / J'aime pas les tanks / j'aime pas les banques / j'aime pas les lords / les fords [rayé] / les macs / les gros / grands [rayé] / camps [rayé] / les cons / j'aime pas le son de l'hélicon / j'aime pas les frites / j'aime Brigitte [rayé] / j'aime pas la tour de Pise / mais j'aime les hippies". En marge : "le sang qui se répand [rayé] / le lait / le gin / j'aime pas la guerre / j'aime[rayé] j'veux pas la faire / tous les gros lards / pleins de dollards(sic) / les gros pleins d'sous / les gros pleins d'soupe". Avec 2 portées musicales.
"La chanson [créée par Sacha Distel et Brigitte Bardot à la télévision] qui a pour titre de travail Hippies' rock est écrite spécialement pour le 'Sacha Show' du 1er novembre 1967. Les interprètes Sacha Distel et Brigitte Bardot sont attifés en parfaits hippies avec chemises à fleurs et colliers dans une mise en scène en play-back où Serge Gainsbourg fait de la figuration en jouant de la guitare électrique. Le morceau est en fait construit sur un air joué au sitar indien, dans le plus pur style psychédélique de l'époque. La scène est rediffusée lors du 'Brigitte Bardot' Show du 1er janvier 1968, et l'enregistrement édité sous le titre Hippies sur la compilation américaine Spécial Bardot (Burlington Cameo BC-100) publiée fin 1968" G. Verlant & L. Picaud, L'Intégrale Gainsbourg. L'histoire de toutes ses chansons, Fetjaine, 2011.
Très beau manuscrit très graphique, d'une période artistique (et personnelle) intense pour Serge Gainsbourg. A la fin des années 1960 Gainsbourg se dévêt de son style variétés/jazz pour plonger dans la pop, comme en témoigne cette courte immersion dans le psychédélique, déjà amorcée pour France Gall avec Teenie Weenie Boppie. Gainsbourg, dans la Bise aux Hippies, recourt à tous les codes du genre en employant, de façon assez inhabituelle pour lui, le sitar. Il emploiera de nouveau cet instrument si en vogue à l'époque, avec Serge Colombier pour la bande originale, sublime, du film Manon 70 de Jean Aurel (avec Catherine Deneuve et Sami Frey) dans New Delire, qui sera enregistrée en janvier 1968.
Les paroles du manuscrit, qui varient beaucoup de la version définitive malgré une structure identique, témoignent du goût de Gainsbourg pour les rimes par paires avec une racine répétitive (que l'on retrouve dans beaucoup de chansons de cette période de transition) et pour les bons mots. On y retrouve aussi l'intérêt de Gainsbourg pour les "ricains", déjà consacré par New York USA et confirmé entre autres l'année suivante par Ford Mustang.
La Bise aux Hippies sort donc fin 1967 alors que Serge Gainsbourg vit une brève mais non moins intense passion avec Brigitte Bardot. Pour sa muse sublime (mais mariée à Gunther Sachs), Gainsbourg écrit de nombreux titres à succès : Harley Davidson, Bonnie and Clyde, et l'inoubliable Je t'aime… moi non plus qu'il ne pourra sortir qu'en 1986 après l'avoir brillamment réinterprété avec sa nouvelle muse et épouse Jane Birkin l'année suivante. Il lui dédie le titre éponyme de son nouvel album le superbe Initials B.B. en 1968.
Dans ce contexte, comment ne pas voir dans cette déclaration rayée "j'aime Brigitte" le symbole de cette histoire d'amour entre deux légendes qui inspira à Gainsbourg certaines de ses plus belles chansons ? Un mythe par écrit...
j'aime pas
j'aime pas : mais j'aime Bardot ... :)


autres articles à lire :

Si vous êtes intéressé par un ou plusieurs articles de cette Brocante, prenez directement contact ...
Si vous avez des objets à nous proposer, prenez également contact ...
Une réponse rapide et personnalisée vous parviendra rapidement ... :)
contact

Tous les articles ainsi que le contenu de ce site, comme indiqué en pages index, cgu et informations, sont mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, distribuer et modifier tant que cette note apparaît clairement:  "Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 France", ainsi que la provenance de contenu relayé. Leur utilisation, totale, en ligne, sur ce site est réservée à Ma Petite Brocante en Ligne ...

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot c12ngpz6 ?

Fil RSS des commentaires de cet article