Accueil - vide grenier - Mieux connaître la porcelaine de Vierzon

Partagez cet article avec vos amis ...

Mieux connaître la porcelaine de Vierzon

musée de la Porcelaine
musée de la Porcelaine : un incontournable de la ville de Vierzon
 Vierzon est une commune française située dans le département du Cher, en région Centre-Val de Loire. Elle est connue pour son patrimoine historique et ses beaux paysages de la vallée du Cher.

La Porcelaine de Vierzon : il faut la redécouvrir !

La ville de Vierzon est effectivement associée à la production de porcelaine. Vierzon a une longue histoire dans l'industrie de la céramique et de la porcelaine. La manufacture de porcelaine de Vierzon a été fondée au XVIIIe siècle et est devenue célèbre pour sa production de porcelaine de haute qualité.
La porcelaine de Vierzon est connue pour sa finesse et sa délicatesse. Elle a été exportée dans le monde entier et a acquis une réputation internationale. Malheureusement, la manufacture de porcelaine de Vierzon a fermé ses portes au cours du XXe siècle, mais son héritage perdure dans la mémoire de la ville.

L'histoire de la Porcelaine de Vierzon.

La porcelaine de Vierzon est une porcelaine dure fabriquée à Vierzon, dans le département du Cher, en France. Elle est produite depuis le XVIIIe siècle et a acquis une renommée internationale au XIXe siècle.
La porcelaine de Vierzon est fabriquée à partir d'une argile spéciale, appelée kaolin, qui est extraite dans la région. Cette argile est ensuite cuite à haute température, ce qui lui donne sa blancheur et sa dureté.
Les porcelaines de Vierzon sont fabriquées dans une variété de styles, allant du traditionnel au moderne. Les motifs sont souvent inspirés de la nature, de la mythologie ou de la culture française.
Les porcelaines de Vierzon sont appréciées pour leur beauté, leur qualité et leur durabilité. Elles sont utilisées dans les maisons et les restaurants du monde entier.
Voici quelques-unes des marques les plus célèbres de porcelaine de Vierzon :
- Royal Email Fine
- A. Hache & Cie
- Bourgougnoux-Vierzon
La porcelaine de Vierzon est un trésor du patrimoine français. Elle est un symbole de l'excellence de la manufacture française et de l'art de vivre à la française.
Voici quelques conseils pour reconnaître une porcelaine de Vierzon authentique :
* La porcelaine de Vierzon est généralement marquée d'une marque ou d'un logo.
* La porcelaine de Vierzon est blanche et dure.
* La porcelaine de Vierzon est généralement de bonne qualité.
Voici quelques conseils pour prendre soin de votre porcelaine de Vierzon :
** Lavez votre porcelaine à la main avec de l'eau tiède et du savon doux.
** Ne lavez pas votre porcelaine au lave-vaisselle.
** N'utilisez pas de produits de nettoyage abrasifs.
** Séchez votre porcelaine immédiatement après le lavage.
** Rangez votre porcelaine dans un endroit frais et sec.

Pétry & Hache : l'âge d'or de la porcelaine à Vierzon de 1840 à 1910.

Sur trois générations, la famille Pétry-Hache a élevé le prestige de la porcelaine au plus haut point. Leur empire dura plus de cent ans.
Adolphe Hache. Le nom est bien connu des collectionneurs de porcelaine. Au XIX e siècle, cet industriel vierzonnais a bâti un empire industriel, employant jusqu'à 1.000 ouvriers, allant jusqu'à concurrencer les productions de Sèvres et de Limoges. Ceci avant de disparaître au cours des années 1930… Son histoire est, aussi, celle d'une famille, atypique.
Le destin de la dynastie Hache a commencé avec un industriel nommé… Pétry. Né en 1783, marié, Pierre, de son prénom, n'a jamais eu d'enfant avec sa femme. Mais de son idylle avec sa domestique, Catherine Hache, naquirent un garçon et une fille, Adolphe et Pauline. Ceux-ci gardèrent le nom de leur mère. Mais héritent des industries de leur père.
Jusqu'à 1.100 ouvriers travaillèrent chez Hache...
Aucun portrait de Pétry ni de son fils ne semble être parvenu jusqu'à nous… Leur parcours est, néanmoins, bien connu, notamment grâce aux travaux de l'historien Henri Letourneau et aux récentes recherches d'une étudiante, Lauranne Piveteau, menées dans le cadre de son cursus d'histoire de l'art.
En 1829, Pierre Pétry achète un château au cœur de Vierzon, Bel-Air, à Marc Schoelcher (1766-1832), un porcelainier d'origine alsacienne. Lui-même l'avait acquis à Louis Delvincourt, ancien marchand de canons reconverti après les guerres napoléoniennes et pionnier de la céramique, qui, en 1816, y avait installé la première manufacture vierzonnaise.
Issu d'une famille de notables lillois – son père était directeur des Diligences de Paris, concessionnaire des transports entre le Nord et la capitale – Pétry avait appris le métier de la porcelaine à Paris. Il s'installe à Vierzon, en s'associant à un certain Ronsse. Ils allaient créer un fleuron de l'industrie française.
Pierre Pétry, industriel, puis maire de Vierzon
Au milieu du siècle, la porcelainerie Pétry est florissante. Dès 1842, Pierre associe son fils Adolphe, né en 1821, à Marchiennes (Nord). Quand son père se retire, en 1845, il reprend les rênes de l'entreprise – et lui donne son nom – avec son beau-frère, Léon Pépin-Lehalleur. Retiré des affaires, Pétry reste actif.
Il devient maire de Vierzon-Ville sous la II e République, de 1848 à 1852. Il meurt à Paris, en 1857. Sa dépouille repose, aujourd'hui, à Vierzon, au cimetière central. Dans sa sépulture, ornée d'un élégant drapé de pierre, est, également, inhumée sa compagne, Catherine Hache, qu'il avait fini par épouser.
Au cours de la seconde moitié du XIX e siècle, Hache et Pépin-Lehalleur donnent un essor sans précédent à leur manufacture, qui se positionne à la pointe de la technique. En 1847, elle emploie 445 ouvriers, effectifs appelés à doubler au cours des décennies suivantes. Dans les années 1850, d'après les archives de l'époque, elle est équipée de six fours pour cuire la céramique.
Le nom de Hache devient synonyme de qualité et de prestige. La firme est implantée à Paris, place Vendôme, haut lieu du luxe dans la capitale. Et devient ambassadrice du savoir-faire national. « MM. Hache et Pepin-Lehalleur frères ont représenté, avec tous les progrès les plus récents, et avec une grande perfection, la fabrication, de la porcelaine dure française », écrit, alors Victor d'Albert de Luynes, dans son rapport de l'Exposition universelle de Vienne de 1873.
En 1872, Léon Pépin-Lehalleur se retire, laissant la place à ses deux fils. Ils partent à leur tour en même temps que leur oncle Adolphe, en 1885. Mais la manufacture reste dans la famille et le nom de Hache perdure. Alfred, fils d'Adolphe, reprend le flambeau, d'abord associé à Pierre-Émile Jullien, son beau-frère, puis seul, en 1893.
À la Belle époque, la porcelainerie reste prospère. En 1903, Alfred Hache la confie à un administrateur, Morel d'Arleux. Son père, lui, s'éteint en 1917 dans son château de La Plaudière, qu'il a fait construire à 20 kilomètres de Vierzon, symbole de sa réussite. Il ne verra pas le champ du cygne de son empire. La crise économique de 1929 n'y est pas pour rien… Les fours sont éteints en 1934. La société est rachetée par un autre ténor de la porcelaine, Pillivuyt, de Mehun-sur-Yèvre. De Hache restent, aujourd'hui, des pièces d'une grande finesse, aux décors parfois flamboyants.

La Compagnie Nationale de Porcelaine : CNP.

La Compagnie Nationale de Porcelaine fut une des plus connues parmi les manufactures vierzonnaises.
La ville de Vierzon a vu sa notoriété s'élever en même temps que les industries se sont développées sur son territoire. Elle comptait au début du XXe siècle près de 14 manufactures de porcelaine où travaillaient environ 1500 ouvriers.
L’essor industriel de Vierzon a été rendu possible par son environnement naturel favorable (bois, argile) et par le développement des transports ferroviaires (1847) et fluviaux qui permettent l'approvisionnement rapide en matières premières (charbon) mais aussi l'exportation des produits manufacturés.
La manufacture Taillemite fût fondée en 1875 par François-Xavier Darmet (1843-1911) un vierzonnais qui fût aussi, successivement maire de Vierzon-Village et membre du Conseil Général du Cher.
La manufacture fabriquait essentiellement de la porcelaine destinée à l'hôtellerie et des services de table de moyenne gamme. À la mort de Darmet, la manufacture est rachetée par un autre berrichon, Lucien Taillemite (1880-1937) qui continue la production pendant la première guerre mondiale. Cest surtout son fils Roger (1909-1981) qui la transforme en une des plus importantes manufactures porcelainières de France. Il n'aura de cesse, pendant près de cinquante ans de moderniser et de faciliter le travail de ces ouvriers.
Roger Taillemite avait poursuivi une politique de diversification. Tout en continuant de servir l'hôtellerie qui représente la moitié de son chiffre d'affaires, il crée de nouveaux décors dont un ensemble « Chasse » qui eut un grand succès.
Il est également président de la Chambre syndicale des fabricants de porcelaine du Berry et vice-président du Syndicat national de la porcelaine française.
Treize unités de production s'éteignent à Vierzon entre 1952 et 1970. Pour faire face à la concurrence un regroupement s'organise autour des Établissements Taillemite, en partenariat avec l'usine de Saint-Genou (Indre) et la manufacture Jacquin à Vierzon : la Compagnie Nationale de Porcelaine est née (CNP).
Une nouvelle fusion est réalisée en 1969 avec l'Union Limousine, fabrique de services de table haut de gamme à Saint-Léonard-de-Noblat. L'usine étant en Haute-Vienne, sa production a le droit d’être estampillée « Limoges » et sa bonne rentabilité apporte une bouffée d'oxygène à la CNP.
Cependant les années suivantes marquent le déclin de la CNP, accéléré par des partenariats instables avec les États-Unis (choc pétrolier) par exemple. La CNP dépose le bilan en 1983. Elle est reprise par Jean-Pierre Leman directeur de la filiale de Saint-Genou qui prend en main la création et Daniel Cohen de Lara, ingénieur conseil, qui s'occupe des finances et du commercial. Ils modifient profondément la structure de la manufacture : modernisation des techniques et diminution du personnel (de 550 ouvriers on passe à 240). Malgré tout cela l'espoir de constituer en Berry un grand groupe international s'éloigne. Ensuite, Vierzon ne fait plus que décorer la porcelaine blanche de Saint-Genou et cet atelier de décor stoppe sa production en janvier 1997, sonnant le glas de la porcelaine vierzonnaise.
( webmuseo.com )

Notre objet du jour : une belle petite verseuse en porcelaine blanche de Vierzon.

Ancienne verseuse en porcelaine blanche - Vierzon - AH & C
Très jolie petite verseuse en porcelaine blanche, avec l'anse à 90° par rapport au bec, le couvercle muni d'un petit trou pour la vapeur et d'un frétel en forme de patisson ...
Bel objet VINTAGE et décoratif !
Marqué sur le dessous : " Porcelaine à feu - Vierzon - France " " A.H. & C. " " pour Adolphe Hache ", avec griffe et numéro
caractéristiques :
dimensions  : 19 x 12 x 13 cm
poids : 570 grammes
état : excellent, sans traces, ni coups, ni fissures
époque : 1845 - 1930
circa : 1930
Petite, modeste et toute blanche, cette mignonne verseuse va vous permettre de pouvoir observer la qualité et la finesse de sa réalisation, juste en agrandissant d'un seul clic les vignettes ci-dessous ...
enjoy      :)

adolphe-hache-porcelaine adolphe-hache-vierzon adolphe-hache ancienne-verseuse porcelaine-blanche porcelaine-de-vierzon-verseuse porcelaine-de-vierzon verseuse-tampon-adolphe-hache verseuse vierzon-porcelaine-blanche


autres articles à lire :

Si vous êtes intéressé par un ou plusieurs articles de cette Brocante, prenez directement contact ...
Si comme nous vous êtes passionné par les belles découvertes, n'hésitez pas à partager votre passion ... :)
contact

Tous les articles ainsi que le contenu de ce site, comme indiqué en pages index, cgu et informations, sont mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, distribuer et modifier tant que cette note apparaît clairement:  "Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 France", ainsi que la provenance de contenu relayé. Leur utilisation, totale, en ligne, sur ce site est réservée à Ma Petite Brocante en Ligne ...

Écrire un commentaire

Quelle est la sixième lettre du mot wqcfbpn ?

Fil RSS des commentaires de cet article