Accueil - le chineur en direct - Un ancien préservatif revendu pour une fortune !

Partagez cet article avec vos amis ...

Un ancien préservatif revendu pour une fortune !

condoms
condoms : les préservatifs multicolores de l'ère moderne
préservatifs, condoms, capote, une foule de mots pour des 'objets' connus de tout le monde depuis la nuit des temps et qui, plus que jamais portent le slogan : " protégez-vous - sortez couverts " ...

Qu'est-ce qu'un préservatif ?

Il en existe deux types : le préservatif masculin et le préservatif féminin.
Le préservatif ou condom, ou encore " capote " plus familièrement est un étui mince et souple, imperméable au sang, au sperme ainsi qu'aux sécrétions vaginales et péniennes, désormais fabriqué en latex ou en polyuréthane.
Ses principales fonctions.
Il a principalement deux fonctions essentielles : contraceptif lors de relations sexuelles ET protecteur au niveau de certaines maladies ( MSD ).
- - Le préservatif s'avère être très efficace pour empêcher la transmission des infections sexuellement transmissibles (IST) par les sécrétions vaginales, péniennes et le sperme, mais il n'offre pas de véritable protection efficace dans certains autres cas ( infections cutanées de la zône génitale ).
Le préservatif, correctement utilisé lors d'une relation sexuelle avec pénétration, est le seul contraceptif qui protège de la transmission du VIH et de l'hépatite B.
Il ne constitue en revanche pas une protection efficace contre d'autres IST occasionnant un nombre important de décès, comme la syphilis (30% de protection seulement) ou encore le papillomavirus humain ,responsable de plusieurs types de cancers dont le cancer du col de l'utérus et contre lequel seule la vaccination s'avère efficace.
Enfin, il ne permet pas non plus de se protéger contre l'herpès génital responsable de conséquences psychologiques et sociales importantes pour la personne atteinte et dont la transmission au fœtus durant l'accouchement, appelée herpès néonatal, occasionne une importante mortalité et des séquelles lourdes.
- - L'efficacité du préservatif en tant que contraceptif est bien connue.
Son taux de " réussite " va de 2 à 15 % pour le préservatif masculin à 5 à 25 % pour le préservatif féminin.
Des préservatifs avec des caractéristiques différentes existent : la taille, la texture, les parfums, mais aussi le lubrifiant varient.
condom
condom : fait en intestin d'animal datant du 19e siècle et son enveloppe

Les origines du préservatif ...

Ses origines remontent plus que certainement à plusieurs millénaires; on en trouve des traces à l'époque des Egyptiens (6000 ans), de Minios, roi de Crète (1500 ans) ou encore en Asie, en Afrique, partout dans le Monde ...
Il ne s'agissait sans doute pas là de préservatifs mais plutôt d'étuis protecteurs comme en utilisent encore les hommes de certaines tribus primitives pour se garantir des branches épineuses ou d'éventuelles piqûres d'insectes.
- LASCAUX : La première évidence de l'utilisation du "préservatif " en Europe remonte vers 100-200 de notre ère, sur des peintures pariétales à Lascaux II en France. Un dessin montrerait un homme et une femme faisant l'amour, et où le pénis de l'homme serait "protégé".
Au XVIème siècle, anatomiste et chirurgien italien Gabriele Fallopio (ou Gabriel Fallopius), plus connu sous le nom de Gabriel Fallope, né à Modène en 1523, qui est l'inventeur du "fourreau d'étoffe légère, fait sur mesure, pour protéger des maladies vénériennes".
Vers 1660, une des théories la plus répandue est celle qui dit que l'origine du mot préservatif serait son inventeur Monsieur Condom ou Conton, qui travaillait à la cour du Roi Charles II. Certains prétendent qu'il était médecin, d'autres colonel et que Charles II était tellement ravi de cette invention qu'il le fit Chevalier.
préservatif
préservatif : nous n'oserons jamais ... (inscription)
L'origine du préservatif est donc très ancienne, mais son véritable usage remonte au XVIème siècle.
Il commence à se généraliser dès le XVIIème siècle.
En France, Louis XIV en est un grand utilisateur, malgré une loi qui rend passible de prison le fait de posséder ou de vendre des préservatifs.
Toujours constitué d'un boyau animal, il n'est ni confortable, ni très sûr, ce qui fait dire à la Marquise de Sévigné s'adressant à sa fille, la Comtesse de Grignan: "C'est une cuirasse contre le plaisir, une toile d'araignée contre le danger".
Parmi ses célèbres usagers, Casanova l'utilisait, non seulement pour se protéger des infections, mais surtout dans un but contraceptif.
redingote anglaise
redingote anglaise : comment bien la gonfler, par Casanova !
Il le désignait de différents noms: " Redingote Anglaise ", " Calotte d'assurance ". Son plus grand reproche était: " Je dois m'enfermer dans un bout de peau morte pour prouver que je suis bel et bien vivant ".
Il faudra attendre la Révolution française pour voir l'utilisation et le commerce du préservatif légalisés.
Les préoccupations des révolutionnaires vont orienter le préservatif sur un autre terrain que celui du seul plaisir: le contrôle des naissances préoccupe déjà, et la fécondité est en baisse sensible.
Condorcet le confirme en 1793, tout en affirmant que la limitation des naissances sera nécessaire, conséquence de l'augmentation de l'espérance de vie.
Des boutiques dès le début du XIXème siècle, à l'instar d'un certain Gros Millan, autour du Palais-Royal, se spécialisent dans la vente de cet article encore élitiste. Ce commerce, pour lequel les vendeuses étaient entraînées à avoir l'oeil juste pour évaluer les tailles afin sans vexation, devint rapidement des plus florissantes.
C'était l'époque où les longueurs des préservatifs étaient multiples et les hommes souvent vantards. Il fallait savoir discerner le client prétentieux de celui qui, par manque d'assurance, pouvait induire en erreur le marchand, le conduisant à sous-estimer la taille.

Un très ancien préservatif trouve place dans une salle de ventes aux enchères.

C'est aujourd'hui, lundi 12 décembre 2022 que, lors d'une vente à Paris ( Belle vente classique - Arts d'Asie - Archéologie et Souvenirs historiques ), chez " DELORME & COLLIN DU BOCAGE sas  " s'est présenté, sous la forme du LOT N°95, un objet côté de 3000€ à 5000€ ( Frais à ajouter ), objet vraiment peu commun et décrit de cette manière :
' Rarissime préservatif ou redingote anglaise en cæcum de mouton, avec galon de soie rose, présentant une gravure érotique, en position horizontale, représentant une religieuse désignant d'un doigt assuré, parmi rois ecclésiastiques en érection, son futur amant, avec inscription " Voilà mon choix "
Vers 1830
L : 22,5 cm. ; l : 7 cm.
(trous et pliures) '
c'est mon choix
c'est mon choix : inscription sur un ancien préservatif en cæcum de mouton
......    :)


autres articles à lire :
Si comme nous vous êtes passionné par les belles découvertes, n'hésitez pas à partager votre passion ... :)
contact

Tous les articles ainsi que le contenu de ce site, comme indiqué en pages index, cgu et informations, sont mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, distribuer et modifier tant que cette note apparaît clairement:  "Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 France", ainsi que la provenance de contenu relayé. Leur utilisation, totale, en ligne, sur ce site est réservée à Ma Petite Brocante en Ligne ...

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot yc83q ?

Fil RSS des commentaires de cet article